Monter un groupe quand on joue de la guitare

/, guitare/Monter un groupe quand on joue de la guitare

Monter un groupe quand on joue de la guitare

C’est souvent la finalité de celui qui veut apprendre la guitare : monter un groupe de rock, faire des concerts, avoir des fans et conquérir la scène internationale pour devenir une rock star !

Je ne sais pas si j’avais toutes ces ambitions en débutant, mais je me souviens bien que, dès l’origine, j’ai voulu jouer en groupe. Je me disais que la musique était meilleure à plusieurs – et j’avais bien raison, car elle l’est !

Mes premières expériences de jeu en groupe

Le secret du guitariste motivé : la perséverance ! Photo : rockmixerPour le coup, je vous raconte un peu ma vie mais l’anecdote m’amuse toujours… J’étais en cinquième et un de mes camarades de classe m’avait dit qu’il jouait de la batterie… « Un batteur ! Super ! » m’étais-je dit. Avec la guitare, c’est l’élément essentiel à tout groupe de rock. Il fallait que je monte un groupe avec lui.

C’en est presque devenu une obsession : je l’ai harcelé pendant des semaines, voire des mois pour qu’on joue ensemble. A grand désarroi, lui s’en fichait complètement.

A chaque fois que je le relançais, sa réponse était toujours la même : « Non, ça m’intéresse pas trop ». A croire que c’était ses parents qui l’avaient forcé à apprendre la batterie…

Ce sont d’ailleurs ces derniers qui ont du le défendre contre mes (h)ardeurs. Un jour que je lui téléphonais, je suis tombé sur sa mère. C’est elle qui m’a carrément dit : « Non, Christophe n’a pas envie de jouer en groupe ! »

Un peu déçu, j’ai fini par me faire une raison et j’ai laissé tomber l’idée de faire de la musique avec lui. Mais pas l’idée de monter un groupe ! Et ma persévérance a fini par payer.

Quelques années plus tard, j’ai monté mon premier groupe. Nous étions en 1ère et nous avons évolué ensemble pendant près de 5 ans : répète, concerts, tremplins, changement de bassiste/guitariste, fêtes mémorables et tout le toutim.

Depuis, j’ai joué dans diverses formations et avec l’expérience, j’ai retiré certains enseignements qui valent la peine d’être partagés si vous aussi avez pour but de jouer de la guitare en groupe. Les voici.

Vous avez des potes musiciens ? Lancez-vous !

C’est souvent comme ça que commencent les plus belles aventures. Des potes de lycée qui, tous, partagent la même passion : la musique. Il faut certes avoir un minimum de bol pour trouver toutes les composantes d’un groupe : bassiste, batteur, guitariste, chanteur (quoi que ces deux dernières catégories soient assez faciles à trouver !).

Mais, si vous les côtoyez, c’est par là qu’il est le plus simple de commencer. Vous n’avez rien à perdre à monter un groupe. Au pire, vous y gagnerez de l’expérience, ce qui n’est pas rien. Au mieux, vous finirez comme Radiohead, ou un nombre incalculable de groupes dont les membres se sont connus sur les bancs de l’école.

Vous auditionnez ? Bossez un comme un malade !

Là encore, c’est l’expérience qui parle… J’ai fait des erreurs étant jeune. Durant ma période de recherche active de groupe, mon prof de guitare m’avait conseillé à un autre de ses élèves, me décrivant comme « son élève le plus prometteur ».

Travailler.ses.auditions.en.tant.que.guitariste.photo.Matt.Benton Son autre élève (qui devait avoir 10 ans de plus que moi, j’en avais 15 à l’époque) m’appelle un soir pour qu’on se rencontre. « Qu’est-ce que tu veux préparer comme morceau » me demande-t-il « Bah, on aura qu’à voir sur place » lui dis-je. Grossière erreur !

On arrive au studio et je découvre un groupe parfaitement rodé. Batteur super carré et avec une pêche d’enfer, bassiste pro et guitariste de même niveau (c’est du moins l’impression qu’il me reste.)

Résultat : ils commencent à jouer leur morceaux – qu’évidemment je ne connaissais pas – et me demandent de « me lâcher », de « faire ce qui me plaît ». Avec la pression qui reposait soudainement sur mes épaules, je n’ai pas vraiment brillé. Même durant le quart d’heure d’impro blues, j’ai fait mauvaise figure.

Et au final, ils ne m’ont jamais rappelé, faute d’une mauvaise préparation (ou plutôt, faute d’une absence totale de préparation !).

Comment pense un groupe qui vous fait auditionner ?

J’ai également connu les auditions « de l’autre côté de la barrière », en tant que membre d’un groupe à la recherche d’un guitariste. Ce que j’en retiens, c’est qu’un groupe déjà constitué est très sélectif lorsqu’il s’agit d’intégrer un nouveau membre. A fortiori lorsqu’il s’agit d’un guitariste.

En effet, ces instrumentistes courent les rues. Comme disait mon prof : « Tu tapes dans une poubelle, t’as quinze guitaristes qui tombent« .

Si le préposé ne nous faisait pas bonne impression dans la minute qui suivait le début de la répète (et encore, on pourrait pousser en disant que la façon même dont il s’accordait déterminait en grande partie notre verdict !), nous savions d’ores et déjà que nous jouerions pas avec lui.

Au final, nous avons choisi un ami à moi ! La raison en est simple : nous sommes toujours plus indulgent avec quelqu’un que nous connaissons et avons moins tendance de le juger sur la première impression.

Faites une bonne première impression à la  guitare - Photo : Hoong Wei Long

Mon conseil est donc le suivant : si vous devez auditionner, demandez au groupe quel est son répertoire. S’il fait des reprises, dites que vous bosserez tel et tel morceaux et… bossez-les pour être au TOP ! S’il s’agit d’un groupe qui compose, demandez à ce qu’on vous envoie les morceaux par emails et… bossez-les pour être au TOP !

Quoi qu’il en soit, n’allez pas à une répétition en touriste – jamais !

Même si on vous propose de venir « juste pour voir », vous ne devriez accepter que si vous avez pu bosser les morceaux. Autrement, vous risquez de brancher votre guitare, de vous retrouver face à un répertoire totalement inconnu et de faire mauvaise impression. Tout ça alors qu’avec un petit peu de préparation, vous auriez pu apparaître comme le nouvel élément indispensable au groupe.

Le plus important : Faites-vous plaisir !

Si vous partez du principe que vous devez devenir le plus grand groupe ayant jamais foulé une scène de concert, vous vous préparez à la déception. En plus de faire régner une mauvaise ambiance dans votre groupe, vous manquerez l’essentiel du rock n’ roll et ce qui fait la force de cette musique : la liberté.

Si vous vous demandez sans cesse : « Qu’est-ce qui va marcher ? », « Quel va être notre premier tube ? », etc., vous vous empêcherez d’exploiter votre véritable créativité.

Vous ne devriez jamais oublier que beaucoup des plus grands groupes sont ceux qui se fichent de qu’on pense de leur musique. Ils développent leur propre style, explorent des univers musicaux inédits. Tout ça ne les empêchent pas d’avoir du talent, bien au contraire. Souvent, il arrive même qu’avec le succès un groupe se transforme en copie de lui-même, qu’il recycle « ce qui a marché ». Ce passage à vide, sous la pression du marché, est parfois temporaire. D’autres fois, le groupe se coule définitivement.

De mon point de vue, la seule ambition raisonnable d’un groupe devrait être de pouvoir vivre de sa musique. C’était l’objectif de Kurt Cobain quand il a lancé Nirvana, par exemple (OK, ça ne s’est pas bien fini pour lui, mais c’est la preuve que cet artiste vivait par et pour sa musique avant de vivre de sa musique).

Comment monter  un groupe de rock - Photo : FromTheNorth

Consacrez-vous à votre musique, mettez-y votre âme et toute votre énergie et, avec un peu de chance, vous réussirez à atteindre vos objectifs. Il s’agit avant tout d’une passion, pas d’un plan de carrière. Et si vous décrochez un jour le jack-pot et devenez une rock-star mondiale, veillez juste à ne pas péter les plombs au passage. 🙂

Toute expérience est bonne à prendre !

Jouer en groupe s’apprend. Entre le gratteux qui joue chez lui en tempo free-style et le guitariste rodé au jeu collectif, il y a un pas à franchir, qui vient avec l’expérience. Le B.A.-BA du jeu en groupe, c’est d’être capable de se caler sur un tempo. Pour cela, entraînez-vous à jouer sur vos morceaux favoris : vous serez obligé de respecter le rythme.

Jouer en groupe, c’est aussi être à l’écoute des autres. Reconnaître un appel lors d’une impro, sentir une osmose entre musiciens, cela s’apprend avec le temps. Et, faites-moi confiance, lorsque vous arriverez à sentir ces choses, votre plaisir de jouer n’en sera que décuplé !

Si vous n’avez pas encore le niveau pour jouer en groupe, vous savez ce qu’il vous reste à faire : bosser et apprendre la guitare avec passion !

Suivez une méthode de guitare qui a fait ses preuves, comme Guitare Domination par exemple et, si vous n’êtes pas encore sûr et certain de vouloir sauter le pas, suivez les cours que je vous donne gratuitement en vous inscrivant ici.

Excellente guitare à vous !

Pierre

Professeur de guitare de Cours de Musique en Ligne

2017-04-23T02:03:44+00:00By |Articles, guitare|

About the Author:

Cours de Musique en Ligne vous permet d'accéder aux revues des méthodes et cours de musique disponibles en ligne pour la guitare, la basse, la batterie et le piano. Découvrez également nos cours de musique gratuits !